Rechercher

La Bhagavad-Gita

Mis à jour : mai 9

Sortons des postures et des bienfaits de ces asanas pour parler yoga oui, mais philosophie cette fois !


Partie centrale du Mahabharata, la Bhagavad-Gita est un texte sacré hindou que l'on pourrait qualifier de poème philosophique. Pour vous donner une idée, la B-Gita est aussi célèbre en Inde que la Bible !

J'ai étudié ce texte pendant ma formation de 200h de Vinyasa grâce à une professeure passionnée et passionnante qui nous a fait découvrir (un minuscule bout dans l'étendue de) la philosophie indienne.


Ce texte traite de la nature de Dieu, de l’âme, du cosmos, du temps, du devoir, de la réincarnation et du yoga (rien que ça !).

Il s'agit principalement d'un dialogue entre deux personnages :

* Arjuna Pandava, prince guerrier,

* Krishna, son cocher (qui s'avère être aussi l'avatar de Vishnu).


Le récit se déroule au début d'une grande guerre entre deux clans : les Pandava et les Kaurava. Le grand guerrier Arjuna se retrouve devant un champs de bataille et est tiraillé entre son devoir de faire la guerre ou de rendre les armes (puisqu'il doit se battre contre des membres de sa famille). Il demande alors conseil auprès de Krishna.

Krishna est très pédagogue et s'adapte à son interlocuteur.


Krishna lui rappelle que son devoir (Dharma) est de se battre - sans état d’âme, en restant dans un état de concentration mentale (Yoga) et d’amour de dieu.

Il souligne l'importance du devoir, de l'action dans la non-action ( le désintéressement). Ces notions sont très importantes et répétées à maintes reprises dans le récit !

Krishna explique également à Arjuna (et au lecteur) comment atteindre la libération, l'éveil (Samadhi).

Ce point est très important car central à tout ce qui touche le yoga !


Petite parenthèse : La réincarnation est une des croyances centrales de l'Hindouisme. Chaque personne se réincarne à la mort du corps physique. Mais, contrairement à ce que l'on pourrait penser, se réincarner n'est pas positif car cela signifie que le devoir n'a pas été accompli. Au contraire, la libération - en finir avec ses réincarnations, est le but suprême recherché afin de connaitre une paix éternelle.

"Selon l'indianiste Jan Gonda :« La doctrine du Dharma et de la pureté est rattachée de la façon la plus étroite au principe de la réincarnation — principe que l'Hindou ne saurait mettre en doute — à l'idée qu'il est indispensable pour tous ceux qui n'ont pas atteint la délivrance de revenir sans cesse dans une existence déterminée par le karman."


Les trois voies pour parvenir à cette libération sont :

* la connaissance (Jnana yoga),

* la dévotion (Bhakti yoga),

* le service (Karma yoga).


S'en suivra une longue et terrifiante bataille où tout le monde meurt à la fin....

La guerre peut-être considérée comme une métaphore des confusions, des craintes et des conflits intérieurs qui préoccupent toute personne à un moment donné de sa vie.


Voici ici un de mes passages préférés : "C'est en honorant par l'action qui lui est dévolue celui qui est l'origine de tous les êtres et qui a déployé tout cet univers que l'homme parvient à son accomplissement.

Mieux vaut accomplir, fût-ce médiocrement, son devoir propre qu'assumer, même à la perfection, le devoir d'un autre. On ne commet aucune faute en accomplissant le devoir que sa nature assigne à chacun." (Chant XVIII Renoncement et délivrance)



Je recommande vivement ce beau texte riche et passionnant, plutôt accessible.

Il permet d'avoir une meilleure compréhension de l'hindouisme, des pensée indiennes et de ce qu'est réellement le yoga finalement.

La traduction de Gisèle Suiguier-Sauné est très claire et bien commentée.



7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout